Michel MACQUET est né à AMIENS en Picardie le 03 Avril 1932. Michel passe sa jeunesse dans la belle petite commune de Le Crotoy, y fréquente avec ses camarades l’école, rejoint le groupe des Cœurs Vaillants de l’abbé CATELIN et bien sur passe de nombreux moments dans la baie où il prend plaisir à lancer des cailloux…

 

Très jeune Michel débute son parcours sportif par la pratique de la gymnastique, l’escrime, le handball une équipe qui lui permettra d’accéder à 20 sélections internationales.

 

C’est à la brigade des sapeurs pompiers de PARIS où il s’engage, que ses pairs Joseph MAIGROT et Jacques DUDAL décèlent un gabarit et des aptitudes physiques naturelles certaines pour le lancer du javelot et vont s’employer à guider Michel dans la voie de la rigueur, de la ténacité, et de l’esprit d’équipe, qualités qui font de lui un bel et exceptionnel athlète.

 

Au fil des saisons Michel dit « Bras de fer » devient pour sa génération l’icône du lanceur de javelot français de renommée mondiale.

 

7 ans Capitaine de l’équipe de France de 1957 à 1964 .

 

14 records de France améliorés de 1954 à 1961 passant de 64m60 à 83m36 dernier record qui fut invaincu pendant 18 ans

 

Classé parmi les 10 meilleurs performeurs mondiaux de la spécialité de 1956 à 1961, année où il figure en premier de ce classement (Tracks and Fields)...
 

10 titres de champion de France, 59 sélections internationales dont 3 en Championnats d’Europe et 3 jeux olympiques :
1956 MELBOURNE, 1960 ROME, 1964 TOKYO où Michel sera élu our la circonstance porte drapeau  par l’ensemble de la délégation sportive française .

 

Pour l’ensemble de sa carrière sportive exemplaire Michel sera honoré par le Général DE GAULLE et élevé au rang d’Officier de l’Ordre National du Mérite.

 

Après sa carrière sportive ,de 1967 à 1982 il fera de son fils prénommé aussi  Michel un lanceur de javelot national et internationnal  2ieme Français de la spécialité en 1980 avec un jet de 78m72.

 

Fils, mari, père, grand père, et arrière grand père, oncle au grand cœur sachant donner de l’amour sans réserve et rester fidèle à tous ses amis.

 

Michel vivait comme si le ciel était sur la terre.

 

Dimanche était son 6ème et dernier essai de la grande compétition qu’est la vie.
Le Crotoy, village de son enfance devait être sa dernière retraite mais elle n’aura durée que 7 mois. Il était heureux de se sentir si bien accueilli et avait beaucoup de projets pour aider les jeunes Crotellois.

 

Il reposera aux cotés de ses parents dans le cimetière de LE CROTOY en face de l'espace sportif municipal qui portera son nom même hommage lui sera rendu en 2004 pour le stade d'athletisme de la commune de Marignane ou il y fut directeur sportif de 1982 à 1992.

 

                         

Article paru dans le journal l'Équipe le lundi 28 octobre 2002

 

 

L'ancien champion de France du javelot Michel Macquet est décédé dimanche 27 octobre 2002, au Crotoy (Somme) à l'âge de 70 ans.

 

Né le 3 avril 1932, Michel Macquet s'était emparé du record de France du javelot avec un jet de 64,60 m, en octobre 1954. Il améliora cette performance à treize reprises, la portant jusqu'à 83,36 m en mai 1961.

 

Malgré un coude fragile, il figurait alors à la 4ème place du classement mondial, se rapprochant tout près du record du monde de Lievore (86,74 m). Son record de France tint ensuite... 18 ans, avant d'être battu par Penitio Lutui sur un lancer à 83,46 m.

 

Longtemps capitaine de l'équipe de France d'athlétisme des années 60 à laquelle a appartenu Michel Jazy, Michel Macquet, originaire d'Amiens et licencié au Racing Club de France, avait été le porte-drapeau de la délégation française lors des Jeux de Tokyo en 1964.

 

Avec Pierre Alard au disque, Guy Husson au marteau et l'arrivée de Pierre Colnard au poids, il figura parmi le grand quatuor des lanceurs français entre la fin des années 50 et les années 60.

 

Mais Michel Macquet (4ème au championnat d'Europe de 1958 à Stockholm) n'eut jamais rendez-vous avec la gloire aux Jeux Olympiques. A Melbourne, en 1956, il ne se classe que 7ème et manque la finale olympique à Rome, en 1960. Pourtant, un an plus tard, lors d'une rencontre Grèce-France, à Athènes, sur le vieux stade olympique, il projeta son javelot si loin qu'il percuta un gradin en marbre ! Le jet fut estimé à... 85-86 mètres. Il compta dix titres de champion de France et 56 sélections nationales (dont 30 victoires) de 1953 à 1964, restant comme le "Monsieur Javelot" de la France.

 

Ses obsèques ont été célébrées jeudi 31 octobre au Crotoy.

 

L'Équipe

      Pour le plaisir , l'amitié , le combat , le drapeau .

 

DE    64m60    à     83m36